Denys Brunel dénonce un « Enfumage* »

Le candidat Hollande avait promis 500.000 logements neufs par an (ce qui était effectivement le niveau nécessaire pour commencer à résorber la pénurie), aujourd’hui on peut anticiper cette production à hauteur de 300.000 logements par an en moyenne sur le quinquennat donc un déficit sur la période de un million de logements environ, selon Denys Brunel.

Or un deuxième cas d’« enfumage » (en dehors des statistiques du chômage) se présente ; précisément celui de la construction de logements neufs, dénonce Denys Brunel.

Chaque mois, l’INSEE publiait les logements autorisés et les logements commencés en distinguant le neuf véritable (« construction neuve » dans la terminologie INSEE) et les rénovations (« constructions sur bâtiment existant »). Cette dernière catégorie étant d’ailleurs soumise à une définition floue.

Depuis novembre dernier, l’INSEE ne publie plus qu’une seule catégorie. Donc le chiffre des logements neufs est artificiellement gonflé par le chiffre des rénovations : ou comment améliorer les statistiques !

Un secteur en crise selon Denys Brunel

L’activité catastrophique du logement a des conséquences très lourdes sur les promoteurs et les entreprises du bâtiment mais aussi sur un ensemble de professions qui y sont liées (agents immobiliers, notaires, producteurs et distributeurs de meubles, etc…), dénonce Denys Brunel. Cette sous-activité génère des pertes de recettes pour l’Etat et les collectivités publiques (TVA, droits de mutation).

Terrifiante loi ALUR

La loi ALUR ainsi que nombre de dispositions fiscales ont eu des répercussions catastrophiques sur le logement et l’immobilier. La loi ALUR est très marquée par une idéologie anti-propriétaires et pour couronner le tout, nous apprenons la mise en place du dispositif VISAL, prévient Denys Brunel !

Dispositif VISAL : ou comment ressusciter la défunte GUL ?

Il s’agit d’établir au profit de certaines catégories (jeunes) et dans certaines conditions (précarité) une garantie étatique de paiement des loyers.

Nous pensons que ce dispositif va coûter beaucoup plus cher que les chiffres indiqués car le propriétaire concerné, couvert par la collectivité sera beaucoup moins vigilant et le candidat locataire peut être moins incité à remplir ses obligations.

Denys Brunel croit aussi que ce dispositif, comme la GUL, va nécessairement obliger le propriétaire, face à un retard de paiement à se mettre immédiatement sur les « rails » de la procédure alors que dans beaucoup de cas, le propriétaire face à un locataire de bonne foi mais en difficulté passagère, trouve un « arrangement » (étalement, résorption progressive du retard, etc…).
Le dispositif prévu déresponsabilise le propriétaire et le locataire au grand dam du contribuable, dénonce Denys Brunel !

D’autant plus que l’on voit arriver :

La montée en puissance progressive du dispositif,
 d’éventuelles extensions qui sont d’ores et déjà envisagées. 
Bref, tout est en place pour une bombe à retardement qui exploserait au 2e semestre 2017… après les élections présidentielles et législatives, réagit vivement Denys Brunel !

Vous avez dit enfumage !?


* C’est le mot prononcé par l’Académicien Jean d’Ormesson lors de l’émission « On n’est pas couché » samedi 16 janvier. Nous nous croyons donc autorisés à l’utiliser.

  • 1